A Berlin, Emmanuel Macron soigne la relation franco-allemande

 |  Posted by Christelle Lebrasse  |  0
Printer-friendly versionSend by emailPDF version

Emmanuel Macron s’est rendu lundi 15 mai à Berlin pour rencontrer Angela Merkel. Alors même qu'il n'a pas encore formé son gouvernement, le nouveau président français a voulu montrer avec ce premier déplacement à l’étranger, la priorité qu’il accorde à l’Europe et à la relation franco-allemande. Une attention appréciée par Angela Merkel.

Angela Merkel a accueilli Emmanuel Macron dans la cour de la Chancellerie et la fanfare de l’armée de Terre a joué la Marseillaise. Premier déplacement à l’étranger pour Emmanuel Macron et premier moment symbolique.

A l’issue d’un entretien d’une heure environ, Angela Merkel a remercié Emmanuel Macron du « grand honneur » qu’il a fait à l’Allemagne en choisissant de venir à Berlin pour son premier deplacement officiel.

Côte à côte, la chancelière allemande et le président français ont affiché leur proximité et Emmanuel Macron a voulu donner des gages de bonne volonté. « L’agenda français sera un agenda de réformes dans les prochains mois, en matière économique, sociale et éducative, non pas parce que l’Europe le demande, parce que la France en a besoin », a-t-il déclaré.

Les deux dirigeants manifesté leur volonté de travailler ensemble sur des problèmes concrets comme celui de la directive sur les travailleurs détachés et ont même évoqué la possibilité d’amender les traités européens, si « c’est utile », a dit la chancelière. « Pas de tabou si cela redonne des perspectives à l’Europe », a répondu Emmanuel Macron qui veut une « refondation ».

Le président et la chancelière ont plaidé pour une « politique étrangère et une de défense, plus cohérente, afin de rendre l'Europe plus forte ». Après le départ des Anglais, les Français et les Allemands sont appelés à devenir les deux locomotives de l'Europe de la défense.Les deux responsables reconnaissent que les dossiers européens avancent souvent trop lentement.

L'Europe de la défense aujourd'hui c'est une douzaine d'opérations. Opérations de formation en République centrafricaine et au Mali, ou lutte contre les trafics en mer Méditerranée ou au large de la corne de l'Afrique.

Emmanuel Macron et Angela Merkel souhaitent aller plus loin. L'idée n'est pas nouvelle, une feuille de route a été lancée l'an dernier, et les premières propositions ont été formulées lors du sommet informel de Bratisvala.

Berlin a accepté de soutenir indirectement la France en envoyant un millier sous les couleurs des Nations unies.

En bilatéral, Paris et Berlin ont annoncé la mise en place en 2020, d'une unité commune pour le transport aérien militaire. Les Allemands et les Français partagent déjà la même base aérienne au Niger et coopèrent déjà dans le domaine des satellites de renseignements.

En revanche, le lancement du quartier général opérationnel européen qui devait être présenté cette semaine comme une avancée en matière de défense commune, a été rejeté ce lundi par les Anglais lors de la réunion mensuelle des ministres des Affaires étrangères. Tout le monde était d'accord sauf Londres pour qui l'OTAN doit rester l'outil uniquement de la défense du continent européen.