Elections au Kenya: l’opposant Raila Odinga dévoilera sa stratégie mardi

 |  Posted by Christelle Lebrasse  |  0
Printer-friendly versionSend by emailPDF version

Au Kenya, l'opposition refuse toujours de reconnaître la réélection du président Uhuru Kenyatta lors du scrutin du 8 août. Son principal rival, Raila Odinga est sorti de son silence, depuis la proclamation, vendredi soir, des résultats de la présidentielle. Il a tenu un meeting, ce dimanche 13 août, à Kibera, le grand bidonville de Nairobi et a promis de dévoiler sa stratégie, mardi prochain. D’ici là, il a appelé ses partisans à ne pas se rendre au travail, lundi.

Le discours de l’opposant Raila Odinga était clairement un discours pour maintenir la pression et pour garder ses partisans mobilisés. Devant plusieurs centaines de supporters qui se trouvaient, pour certains, en face de lui, d’autres sur les toits ou encore dans les arbres, Raila Odinga a appelé à ne pas aller travailler lundi.

S’adressant à ses supporters, il a assuré qu’il n’avait pas encore perdu, qu’il n’abandonnerait pas. « Nous avions prévu que le pouvoir allait voler l’élection. Attendez maintenant que j’annonce la marche à suivre, mardi », a-t-il déclaré lors de son discours prononcé dans la ferveur.

L'ancien vice-président est arrivé à pied. Il a traversé une foule dense, avant de monter sur l’estrade. « Uhuru Kenyatta doit partir » ; « Pas de paix », criaient les gens.

L’opposant a parlé en swahili, sans extrémisme dans la diatribe. Il a répété que les citoyens ont le droit de manifester pacifiquement. L’opposant a clairement cherché à entretenir la flamme de sa base, tout en restant droit dans ses bottes.

Il a rappelé que les élections avaient été truquées, qu’une unité paramilitaire s’était préparée à tuer ceux qui contesteraient les résultats dans la rue. « Le pouvoir a versé le sang des Kényans. Il paiera pour ça », a annoncé Raïla Odinga, avant de prendre en exemple Haïti et l’Iran. « Papa Doc et le Shah ont été débarqués. Donc le pouvoir n’ira pas loin avec ses manipulations », a-t-il promis.

A certains moments du meeting, lorsque les esprits étaient un peu échauffés, plusieurs fans ont imité le geste d’un revolver en train de tirer. Ils ont été tout de suite recadrés par les leaders. En restant ferme sans tomber trop dans l’extrémisme, Raila Odinga attend donc que ses troupes continuent la lutte pacifiquement. En tout cas pour l’instant. La grève de lundi sera un bon test pour évaluer sa capacité de mobilisation.

Raila Odinga devait ensuite se rendre à Mathare, autre bidonville de Nairobi, pour y rencontrer la famille d’une jeune fille tuée par une balle perdue, samedi, lors des émeutes.

Des incidents et troubles ont eu lieu, samedi, à Nairobi, mais le calme est revenu. On signale égalment le retour au calme à Kisumu, ville fief de Raila Odinga, dans l'ouest du Kenya où certains quartiers pauvres ont été secoués par des violences, après l'annonce, vendredi soir, de la victoire du président Uhuru Kenyatta.