Une forte opposition pour une base militaire indienne aux Seychelles lors d'une réunion publique le 26 Février 2018.

 |  Posted by Djemillah Mourade  |  0
Printer-friendly versionSend by emailPDF version

La base militaire indienne proposée sur l'île d’Assomption aux Seychelles a connu une forte opposition lors d'une première réunion publique samedi. Les personnes qui s'opposent au projet ont demandé qu'un référendum soit organisé afin de décider de l'avenir de l'île. La réunion organisée par le gouvernement s'est tenue au Centre international de conférences dans la capitale Victoria et a réuni une centaine de citoyens concernés. Didier Dogley, ministre de l'environnement, du changement climatique et de l'énergie, Barry Faure, secrétaire d'État aux Affaires étrangères, Frank Ally, procureur général, ainsi que Michael Rosette et Leslie Benoiton, deux représentants des Forces de défense populaires des Seychelles (SPDF) ont dirigé la réunion. Avant que la réunion ait même commencé les gens présents ont exigé une copie de l'accord. Le procureur général Frank Ally a expliqué que «l'accord étant militaire, il ne peut pas être placé dans le domaine public, mais soyez assuré que le contenu de l'accord sera rendu disponible». Le ministre Dogley a déclaré que la réunion avait pour but de présenter aux membres du public les informations correctes sur ce que les Seychelles ont signé avec l'Inde. "Ceci devra aller à l'assemblée pour ratification, mais la voix des Seychellois doit être entendue afin de s'assurer qu'il n'y a pas de base militaire indienne sur Assomption", a déclaré Alain St Ange. Les Seychelles et l'Inde ont signé en janvier un accord de 20 ans qui permettra la construction d'infrastructures militaires sur l'île d'Assomption. Le projet couvrira environ un quart de l'île isolée située à 1140 au sud-ouest de l'île principale de Mahé. La réunion est la première d'une série de réunions publiques régionales organisées par le gouvernement. Barry Faure a déclaré que "la plupart des questions posées aujourd'hui ont obtenu une réponse. Alors que certains doutes ont été clarifiés et des informations ont été données, certains participants ont appelé à la tenue d'un référendum. Ceci, ainsi que d'autres points et préoccupations soulevés seront présentés au gouvernement. " Barry Faure a déclaré que "à ce stade, ce que nous pouvons dire en tant département des affaires étrangères, c'est ; qu'avec un tel accord, il n'y a pas besoin d'un référendum, car nous n'avons pas loué l'île, notre île reste notre souveraineté. Nous ne faisons que développer des installations qui nous permettront, ainsi qu'à l'Inde, notre voisin ami, de développer notre capacité en matière de sécurité maritime. " Le groupe nouvellement formé, SAVE THE ALDABRA ISLAND GROUP, qui est totalement contre les installations militaires proposées était également présent à la réunion. Le groupe organise des manifestations tous les samedis à Victoria depuis la signature de l'accord.